11 novembre 2017

maladie de charcot

depuis mars 2013, je suis atteinte de la maladie de charcot.

aujourd'hui complètement paralysée, et ne pouvant plus parler, je continue cependant à peindre sur ma tablette à l'aide d'un logiciel et d'une commande oculaire.

mes tableaux sont différents mais j'éprouve le même plaisir à étaler la peinture.

j'ai commencé par des toiles abstraites, mais aujourd'hui je teste également du figuratif, en abordant les portraits. De manière technique pour l'instant, mais je compte arriver à quelques chose qui me ressemble plus, plus destructuré.

1609

1808

Posté par khany à 14:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Quelque chose à dire ?

    magnifique

    Magnifique tableau: votre "patte" est bien reconnaissable dans cette nouvelle technique et j'ai hâte de découvrir vos prochains travaux.
    Je suis désolée que cette maladie ait envahi votre vie.
    Je vous souhaite bon courage et surtout, beaucoup de chef de d'oeuvres à venir.
    Cordialement
    Catht Fauré

    Posté par Cathy Fauré, 12 novembre 2017 à 09:38
  • Bonjour. Je vous avais acheté 3 tableaux il y a plusieurs années de cela sur le thème de la musique. Je vous avais même rencontrée un samedi après midi chez Carré d'artistes . Nous avions échangé, vous aviez dédicacé mes tableaux. Voulant en acheter un autre, je suis désolé de lire qu un tel drame vous soit tombé dessus en 2013 avec les conséquences que vous décrivez. Mais je suis heureux de voir que vous avez trouvé un moyen de satisfaire et continuer votre passion. Souvent je regarde les trois tableaux exposés dans mon salon et à chaque regard que je pose sur eux, ils provoquent toujours en moi cette attirance du premier jour semblable celle des tableaux de maîtres desquels on ne peut détacher ses yeux. Et quand je reçois des invités, ils les contemplent avec moi d'abord silencieux puis curieux et désireux d' en savoir plus. C'est incontestablement la patte de l'artiste qui suscite en eux cette envie. 🙂. Bonne continuation dans votre passion.

    Posté par Maio stéphane, 16 décembre 2018 à 11:51

Quelque chose à dire ?